Gefip a développé en interne un modèle original de projection des cash flows appliqué à plus de 300 valeurs cotées de la zone euro.

Cet outil permet de calculer le rendement attendu pour chaque valeur et de comparer leur valorisation en fonction de critères de risque et de liquidité.

L’intérêt du Plan Gefip est de deux ordres :

  • une vision top-down sur la valorisation des actions de la zone euro et la rémunération du risque et de la liquidité (Cf. graphique d’écart de rendement Gefip) qui permet de répondre aux questions : le risque des actions européennes est-il suffisamment rémunéré par rapport aux obligations d’Etats ? Les valeurs risquées offrent-elles une rémunération suffisante pour justifier de les surpondérer dans un portefeuille ?
  • une vision de lecture davantage microéconomique qui mesure si telle action est sur ou sous-valorisée par rapport aux conditions actuelles de marché. Exemple : faut-il mieux acheter Peugeot plutôt que Renault ? Gefip Euroland s’appuie tout spécialement sur cette approche.

La prime de risque est un indicateur avancé pour la performance future du marché action.

Le graphique ci-dessus retrace le niveau de cette prime sur les quinze dernières années. Chaque point haut du graphique, reflétant « un marché bradé », marque un retournement potentiel donc une forte hausse corrélative des cours de bourses.

Dans le tableau suivant, quelques exemples illustrent ces comportements extrêmes: sur les douze mois consécutifs à mars-03, nov-08, sept-11 et juin-12, le marché a progressé de 30 à 40% (événements en  vert du tableau)

A l’inverse, un point bas sur le graphique illustre un marché « cher » donc un retournement potentiel. Dans le tableau, sur les douze mois consécutifs aux dates de fev-00 ou juin-07, le marché a chuté de 20% (événements en rouge du tableau).